Lynn, Massachussetts. Banlieue de Boston. Proche de Salem. Un city où se retrouvent de nombreuses races auxquelles les hommes ne croient plus.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Silas Evenson - Broken Heart, Dark Spirit

Aller en bas 
AuteurMessage
Silas Evenson

avatar

Messages : 25
Points : 57
Date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Silas Evenson - Broken Heart, Dark Spirit   Ven 14 Sep - 16:54

Silas Evenson
ft. artiste

Âge : Colin O'donoghue
Date de naissance : 1953
Nationalité : Anglais
Etat civil : Célibataire
Sexualité : hétérosexuel
Profession / études : Détective privé au service des surnaturels
Race : vampire
Caractère

Silas est à la fois l'ombre et la lumière. Capable de la plus grande attention à l'égard de sa demi-soeur et de son neveu, comme d'être la pire des ordures envers ses victimes. Il a perdu foi en l'humanité, bien qu'il sache un peu trop bien se fondre dans le décor. Calculateur, il ne se permet aucun écart de conduite, son contrôle de soi étant presque impeccable même lorsque son travail l'entraine sur des scènes de crime ensanglantées. En revanche, il n'a aucune pitié pour le menu du soir. Remuant sans cesse le passé, il peut se montrer taciturne et maussade, bien que ce soient là des émotions qu'il garde en général pour lui, et que seuls ses proches savent observer. Il compte bien se venger de la perte de sa fille. Mais avant cela, il prendra soin de mettre ses proches à l'abri, sur qu'il est de ne pas en revenir vivant. En règle général, il apparait bon vivant, bien que peu exubérant, et rares sont ceux à soupçonner qu'il puisse avoir un passé cahotique. Il aime être respecté et écouté, et ses équipiers peuvent témoigner de ses hausses de ton parfois virulentes lorsqu'une enquête n'avance pas comme il le souhaite, ou qu'il se retrouve à devoir abandonner une piste par manque de preuves. C'est un bon détective, mais il faut avoir le moral pour le supporter.

• Son travail l'entraine parfois à enquêter sur ses propres crimes, bien qu'il s'arrange en général pour chasser hors de sa zone d'action.
• Il porte autour du cou un pendentif en forme de fleur, qu'il avait offert à sa fille à l'époque.
• Il n'a jamais avoué à sa fille avoir tué sa mère ... tout comme il n'avouera jamais à son neveu d'adoption avoir tué la sienne. Apprendre à regarder où il met les crocs, il a encore du mal.
• Il n'a jamais eu aucun souci à contrôler sa soif de sang pendant le travail (qui l'amène souvent à chercher des bijoux volés ou espionner le mari infidèle de la voisine, mais parfois, sur des scènes de crime moins sympa). Cependant, quand il est en chasse, il tuerait sa propre sœur s'il la croisait.
• Il est doué en dessin. Il met souvent cela à profit pour faire des portraits rapides, ou le dessin sur description ou avec appui photo d'un objet qu'il doit retrouver, mais cache deux ou trois peintures de son ouvrage dans son appartement.

Race

Vampire. Il craint le soleil, se nourrit de sang humain, possède des sens surdéveloppés et une force accrue. Pour le reste, il se renseignera en lisant Twilight.

Histoire

Ma vie débute en 1953, je dirai, quelque part en février. Il y a longtemps que mon anniversaire ne me fait plus ni chaud ni froid, bien que je n'ai pas encore le loisir d'avoir dépassé l'âge d'une existence humaine.
Pour tout dire, de mon enfance, il n'y a pas grand chose d'intéressant à raconter. Mes parents étaient jeunes et maladroits, mais aimants, bien que légèrement trop protectionnistes à mon goût. Enfin, ils avaient connu la guerre, alors, qui pouvait les blâmer de craindre pour leur fils unique? Oui, j'ai oublié de préciser un truc. C'est que je suis né en Angleterre, près des côtes sur lesquelles, quand il fait beau et que le ciel est dégagé, on peut prétendre apercevoir les côtes françaises opposées. Donc forcément, la guerre... j'y ai même perdu plusieurs oncles que je n'ai jamais connu. Mais à vrai dire, ça me passait bien au dessus de la tête à l'époque, et je crois que ça continue à le faire.

J'avais quinze ans quand la maladie a emporté ma mère. Apparemment, le socle de notre famille. Parce que mon père et moi, et bien, disons qu'on se voyait aux mariages et aux enterrements, comme dirait l'autre. Parlant de mariage, j'avais dix huit ans tout juste quand je l'ai rencontrée, et à peine plus quand son père m'a contraint à l'épouser. La raison? Les filles-mères étaient plutôt mal vues à cette époque. Bref, j'étais le digne fils de mon père, jusque dans ses conneries quoi. Enfin, j'ai eu une fille magnifique. Gwen. Le rayon de soleil qu'il manquait à ma vie. Comment dire que j'étais comblé. Une fille superbe, une situation pas si mal, des études de droit tous frais payés par un père totalement absent de ma vie... Bon, la seule ombre au tableau ça a été les relations houleuses que j'avais avec mon épouse. Celle là, on peut dire qu'elle m'a pourri la vie d'un bout à l'autre. Mais pour mon plus grand bonheur, Gwen s'est révélée une meilleure fille à son père qu'à sa mère. Alors la dite mère, j'en avais juste rien à battre. Et nous avions rendu sport national l'art et la manière de nous éviter.

Bref, nous avons joué à ce jeu pendant quoi, douze, treize ans? Ça aurait pu continuer longtemps. Le tout en évitant de mêler Gwen à nos affaires, bien qu'elle y était déjà trop mêlée pour son propre bien. Un soir, j'ai fait une connerie. Plus grosse encore que d'épouser ma femme, oui, c'est possible. Trainé dans un bar, bu un verre de trop, et me suis laissé ramener par une femme bien trop belle pour être réelle. La rançon de la connerie, je l'ai eue, merci. L'impression de cramer de l'intérieur, l'envie de se tuer soit-même pour que ça s'arrête, la compréhension sortie de nulle part du venin qui s'insinue dans chaque millimètre carré de mon être... non, aucun souvenir, merci d'avoir posé la question. Oui, on peut rajouter "ironique" à mon profil.

Si vous croyez que je savais ce qu'était un vampire à l'époque... la seule chose que j'ai compris, c'est la faim qui m'habitait. Et pour tout dire, j'ai été si surpris de trouver à la rassasier dans les veines d'un être humain... que j'ai laissé repartir le premier! Eh, fallait me donner la notice "attention, tes crocs sont venimeux" avant de filer à l'anglaise! Bref, le second, je l'ai vidé, et la troisième... bah ça a été ma femme tiens! Une chose dont je ne suis pas fier? Avoir, l'espace d'une seconde, pensé à ma fille comme la quatrième. Ce qui m'a fait mettre les voiles. Je ne voulais certainement pas risquer de la blesser par accident. Alors je l'ai confiée à mon père, sur un prétexte que j'ai depuis oublié, et j'ai fui. J'ai découvert un autre truc au passage. C'est le fait de cramer comme une entrecôte sur un barbeuk à la lumière du soleil. Heureusement que l'Angleterre est davantage connue pour ses nuages que pour son soleil du Midi...

Bref, j'ai voyagé, pendant presque un an. Apprenant à maitriser ma soif, dans l'unique but de pouvoir m'approcher de nouveau de ma fille sans risquer de la tuer. Le reste des humains? Ils ne sont d'aucune importance. Seule ma princesse comptait à mes yeux. C'est cependant un message de mon père, transmis par Pierre qui connait Paul qui connait Jack, qui m'a fait revenir au pays. La tuberculose faisait des ravages, et Gwen comptait parmi ses malades. Je crois que j'étais auprès d'elle avant même d'avoir lu la fin du message, me moquant parfaitement de faire découvrir ma nature. Et devant l'incapacité des médecins à y faire quoi que ce soit, j'ai décidé d'agir moi-même, et d'offrir à mon ange l'immortalité que je savais avoir acquis en même temps que tout le reste. Je serai près d'elle, je l'aiderai, et elle était de toute façon bien trop maline, bien plus que moi, pour se laisser avoir au jeu de l'instinct.

Alors je l'ai fait. Je l'ai sauvée. L'ai transformée en ce que j'étais. On est partis vivre en France. Elle voulait voir la France. La Belgique, les pays nordiques, tous ces coins où le soleil ne représentait qu'une gène minime. Et à dire vrai, elle s'est toujours mieux débrouillée que moi avec cette faim qui nous tenaillait. Elle avait un don magnifique. Elle comprenait le langage des bêtes, et prenait soin de sélectionner ses victimes, et parfois même les miennes, parmi ceux qui ne savaient rien faire d'autre que défouler leur rage sur autrui, homme ou bête. Elle était magnifique, tout simplement. Durant deux ans, ça a été le rêve. Sans doute les deux plus belles années de ma non-vie. Celles où je n'ai pas eu à craindre pour la vie de ma fille, et où je partageais absolument tout avec elle. Puis ils sont arrivés. Ces assassins mettant leurs crimes sur le compte de la "justice". Des sorciers, d'une bande que je ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam (d'un coté, je n'ai connu ni Eve ni Adam), a décrété que Gwen était une abomination, et qu'elle n'avait aucun droit d'exister. Ils me l'ont prise, et ont pris un plaisir certain à me forcer à admirer leur œuvre tandis qu'ils la condamnaient à mort. J'aurai voulu mourir moi aussi. Je me suis même abaissé à supplier qu'ils me massacrent comme ils avaient massacrer la prunelle de mes yeux. Mais ils se sont contenté de disparaitre, m'assurant que j'allais retenir la leçon. Fils de catins, tous autant qu'ils étaient.

J'ai voulu mourir. J'ai essayé, à maintes reprises. Je ne suis pas évident à tuer, il faut dire. Alors, en désespoir de cause, je suis allé rejoindre mon père, comptant lui déballer toute l'histoire, et espérant qu'il trouve pour moi la solution que je n'avais pas su trouver jusque là. A vrai dire, je n'ai eu le temps de rien dire qu'il me la présentait. Adélaïde, sa fille, ma demi-sœur, en somme. Et à dire vrai, quand mon regard trop sombre a croisé ses yeux bleus (ouais, ils ont tous les yeux bleus les gosses, c'est bien connu), j'ai failli défaillir. On dit parfois que les gosses ressemblent davantage à une tante ou un grand-père qu'à leurs parents, et bien, pour le coup, j'ai revu Gwen, l'espace d'un instant. Un instant qui a fait défaillir mes convictions. Bien sur que je garde profondément ancrées en moi la douleur de la perte de mon enfant, et l'envie de vengeance à l'égard de ses bourreaux, mais je crois que cette gosse de deux ans à peine est parvenue à réveiller une part de moi que je croyais éteinte à jamais.

J'ai pris sur moi de veiller sur elle, plus proche de mon père que jamais, plus proche de ma sœur que de personne d'autre. Peut-être que, quelque part, j'ai transposé l'amour que j'avais pour ma fille sur ma sœur, et je m'en veux encore aujourd'hui pour cela, pour avoir failli à ma parole envers Gwen pour prendre soin d'une autre qu'elle, fusse-t-elle de ma famille et de mon sang. Néanmoins, Adélaïde et moi avons toujours su nous entendre, et nous soutenir, que cela fut lors du décès de notre père ou lorsque ma conscience m'a fait prendre sous mon aile ce gosse que j'avais rendu orphelin sans le vouloir. Si Adélaïde soupçonne quelque chose sur ma nature? Certainement. Il faudrait vraiment qu'elle soit stupide pour ne pas avoir remarqué que je n'ai pas pris une ride en trente ans. Mais je lui ai demandé de ne pas chercher à en savoir plus, et surtout, de ne jamais poser un nom sur ce que je suis. En trente ans, j'ai appris les règles en vigueur, et je ne tiens pas à les perdre, le gosse et elle, comme j'ai perdu ma fille.

Il y a cinq ans que je me suis trouvé un intérêt pour les enquêtes. D'une, il me fallait bien un travail pour faire vivre ma sœur, de deux, je ne pouvais décemment pas la faire déménager toutes les cinq minutes, et donc, ma zone de chasse s'en trouve réduite. Enquêter et accessoirement trainer sur la radio de la police me permettait donc de savoir si on commençait ou non à soupçonner la présence d'un tueur en série dans les environs. Enfin, je crois que je me suis pris au jeu, à force, et je pourrai presque dire que j'aime mon métier. Enfin, 5années à Chicago, et 5 années depuis lesquelles je n'ai pas pris une ride, une fois encore, ça se pourrait qu'il me faille songer à voir du pays... l'Alaska ça me botterait. La nuit est longue là-bas.

A votre propos

Pseudonyme : NathanAbraxas
Âge : 24ans
Fréquence de connexion : 7/7
Que pensez-vous du forum? : afro
Comment êtes vous arrivé ici? : fonda


_________________

 
Part of me wants justice

 
The over one is the monster under the bed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mina Murray

avatar

Messages : 44
Points : 82
Date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: Silas Evenson - Broken Heart, Dark Spirit   Ven 14 Sep - 18:40

Wouhouuuuuuuu, salut frangin Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Silas Evenson - Broken Heart, Dark Spirit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spirit d'Alimat
» timo boll spirit
» boll spirit !!
» Débourage / traction pour Spirit
» LION HEART, petit fils de Lion King (a été castré en 2009)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell in Lynn, Massachusetts :: Avant-Propos :: Présentations :: Fiches Validées-
Sauter vers: